Vous êtes à : La vie universelle > Qui sommes nous > Le message de la vérité > Une vie riche, jusqu'à un âge avancé

Une vie riche, jusqu'à un âge avancé


Le message de la vérité


I l est un fait que l’homme vieillisse. Etre vieux est par contre le résultat de pensées et de comportements erronés.

Accepter son âge empêche de devenir sénile. Le vieillissement commence lorsqu’on se plaint souvent des petits et grands malheurs de la vie terrestre.

La jeunesse n’est pas seulement une période dans le cycle de vie de l’homme mais une attitude intérieure qui n’est liée ni à un moment de la vie ni à l’âge. Que l’homme soit jeune ou âgé, ce n’est pas cela qui est déterminant; ce qui compte c’est ce qu’il fait de sa vie. C’est là l’essentiel et c’est ce qui montre s’il est jeune spirituellement.
L’évolution de l’homme dépend de ses pensées. Car, avec l’âge, l’homme est façonné par ses pensées.

Celui qui ne fait que tourner autour de sa propre personne, est vieux, quel que soit son âge.

L’homme qui, au cours de sa jeunesse ou à l’âge moyen, oriente consciemment sa vie sur des valeurs élevées et qui s’efforce de les atteindre, restera dynamique et jeune, même à un âge avancé.

Un conseil adressé aux jeunes : Ne vous laissez pas aller !

Celui qui veut rester actif et vif d’esprit jusqu’à un âge avancé ne doit pas cesser d’apprendre ni surtout perdre de vue le but qu’il s’est lui-même donné dans la vie, car lorsque l’on va toujours de l’avant, ce à quoi l’on aspire prend forme chaque jour davantage.

Le pas intérieur décisif qui détermine le cours de notre vie terrestre, que ce soit durant la jeunesse, à un âge moyen ou à un âge avancé, c’est de reconnaître que l’existence terrestre est, en réalité, un apprentissage. Celui qui cesse d’apprendre ne peut mûrir spirituellement.
La vie est évolution constante pour l’homme et l’âme. Un apprentissage qui aboutit à une pensée et un comportement nouveaux et supérieurs maintient l’esprit vif et le corps jeune.

Jeune ou âgé, l’homme devrait prendre conscience que la vie terrestre n’est qu’une étape vers une vie plus élevée et que la mort n’est que le passage vers une forme d’existence qui elle aussi est la vie. Tirer profit de la vie, ce dont parlent les jeunes et les moins jeunes, ne repose pas dans le fait de distraire ses sens de diverses manières, mais se réalise dans un objectif et des pas vers une vie plus élevée sur le plan éthique et moral.

Apprendre c’est trouver la clarté en soi en orientant sa vie sur un but élevé et suivre ce que l’on aura reconnu. Cela procure sécurité et liberté intérieures et la force d’aller de l’avant.

Vivre consciemment cela veut dire, apprendre consciemment, accepter chaque période de la vie pour en tirer spirituellement le maximum. En effet, une qualité de vie plus élevée, que l’on peut développer encore avec l’âge, ne dépend pas uniquement des années qui passent, mais de l’attitude spirituelle de chacun. Celui qui cesse de travailler sur lui-même ne développera pas non plus de valeurs éthiques et morales et ne fera pas mûrir de bons fruits pour les apporter dans la société.

Ce qui est important, c’est la vie véritable vécue, non le plaisir pris à l’existence terrestre.

La vieillesse nous offre également beaucoup, beaucoup de possibilités, surtout lorsque le souhait obsessionnel de faire absolument carrière s’estompe.
Lorsqu’à un certain âge, les désirs et le vouloir s’apaisent et que l’on aspire davantage à la tranquillité de l’esprit, on peut alors découvrir ses capacités et qualités, restées endormies jusque-là, pour développer ses talents cachés afin de les mettre au service du prochain, s’il le souhaite.

La vie, c’est Dieu. La vie véritable vécue nous protège de la faiblesse, de la solitude et de la sénilité.

Renonçons aux anciens programmes ! Allons vers de nouveaux rivages ! Ce qui signifie : réorganisons notre vie !

Si nous réussissons à considérer ce tournant de notre existence comme une chance pour nous de changer notre regard de direction, nous trouverons alors certainement des idées nouvelles pour donner un tout autre sens à notre vie. Il est possible aussi que nous puissions mettre en application de bonnes résolutions, qui depuis longtemps nous tiennent à coeur, mais qui n’ont pas encore été réalisées. Si nous envisageons cette nouvelle perspective avec courage et détermination, nous ressentirons de l’espoir et la confiance que bien des choses peuvent s’améliorer.

Nous sommes nous-même le maître de notre vie et de notre destin. Saisissons cette nouvelle chance ! Cela en vaut la peine et pas seulement ici et maintenant, pas seulement pour cette vie terrestre. Tant de choses peuvent encore changer, notamment nous-même ! Nous constaterons alors que procurer de la joie aux autres, de manière désintéressée nous apporte aussi beaucoup de joie et de bonheur.

Tout particulièrement lorsqu’on avance en âge, s’oublier soi-même pour se consacrer aux autres de manière désintéressée est une vertu que l’on pourra développer et perfectionner. Si une personne agée prend conscience de cela et s’y emploie, elle a alors en main la clé pour une vie riche – également à un âge avancé. La vie la récompense alors à sa manière et de cette façon, elle gagne beaucoup, beaucoup de vie, comme cela a déjà été dit. Car continuer à se rendre utile à un âge avancé enrichit l’être intérieurement.

Veillons à rester flexible spirituellement. C’est possible par un apprentissage conscient, car chaque jour, en effet, nous place devant des tâches différentes. Celui qui reste fidèle à cette attitude intérieure face à la vie, saura les accomplir. Car Dieu en toute chose est l’aide, le conseil, la réponse, la solution et Il sait très bien guider Ses enfants humains.

En prenant conscience très tôt que nous ne sommes que des hôtes sur Terre, on cherchera à se défaire des vieilles habitudes paresseuses qui assujettissent beaucoup de gens. Conscient de cela et que Dieu est amour, beauté, pureté, justice, qu’Il est la vie éternelle, on se tournera toujours vers son être intérieur, vers le noyau central de l’âme, là où Dieu réside. Celui qui quotidiennement respecte la règle d’or de la vie : « Ce que tu ne veux pas que l’on te fasse, ne le fais à aucun autre » tirera profit pour sa vie de ce savoir, issu de la sagesse. Dieu est toujours là pour nous, pour chacun en particulier, car nous sommes Ses enfants.

Celui dont la vie est emplie des règles de vie de Jésus, du Christ, peut dire : la vie est éternelle. En Christ, je suis vie éternelle.

En réalité, aucun homme n’est seul. Dieu, l’Esprit de notre Père éternel, est en nous.
Quelqu’un de conscient est vaillant, il ne s’abandonne pas à la faiblesse de ce qui est « trop humain ». Il se montrera exigeant envers lui-même dans la recherche de ce qu’il y a de plus élevé à partir de la conscience de la force, de l’amour et de la sagesse éternels. Il devient ainsi capable de servir ses prochains et Dieu et d’accomplir des oeuvres de l’amour envers eux. La force, l’amour et la sagesse de Dieu l’aideront en toute situation.
Un homme qui respecte la règle d’or de la vie tient également en main la clé de la vie véritable .

Toutes les impuretés accumulées sur notre chemin de vie comme autant d’obstacles, seront éliminées par notre repentir, leur mise en ordre et le fait de ne plus les reproduire, afin que l’Esprit éternel, qui est l’amour, puisse nous aider et nous guider.

Demandons donc de l’aide au Christ! Lui, qui aime et qui voudrait tellement aider chacun de nous, renforcera nos sensations positives correspondant à la volonté de Dieu et stimulera les fines sensations de notre vie intérieure, élevée. Pourtant, la décision n’appartient qu’à nous-mêmes, à nous, les hommes, de faire le pas et de changer là où c’est nécessaire. Le Christ n’intervient jamais dans notre libre arbitre, un composant essentiel de notre héritage éternel.

Prenons conscience que la peur d’éventuelles maladies conduit justement à la maladie. Nous devrions donc nous habituer à emplir notre coeur de confiance en Dieu, l’Eternel, pour nous libérer des pensées de peur, de jalousie et de haine.

Aie du courage ! Tourne-toi quotidiennement, si possible même plusieurs fois par jour, vers l’Esprit infini de l’amour et de la miséricorde en toi. Il connaît tes préoccupations. Il connaît tes défauts et tes qualités. Prie et confie-toi à Lui ! L’écho venant du plus profond de ton âme est liberté, joie, pureté et noblesse. C’est la réponse de Dieu. La peur de l’avenir, par exemple de la solitude, des difficultés et des problèmes se transformera en un sentiment de sécurité venant, lui aussi, du for intérieur, de l’Eternel qui tient ta vie entre Ses mains ; c’est le Père de l’éternité.

Si l’on pouvait toucher le coeur des jeunes, il faudrait pouvoir dire à chacun : mets à profit chaque période de ta vie pour ta croissance et ta maturité spirituelles ! Car la maturité spirituelle apporte bonheur et plénitude à un âge avancé.

Chaque journée est donnée à l’homme pour qu’il reconnaisse et examine les différents aspects de sa vie qui lui sont montrés afin de trouver ce qui est bon, de l’affermir et de le développer. Pour celui qui veut vivre selon ces principes, cela implique que chaque journée soit pleine d’énergie. La journée ne connaît pas la fatigue, elle apporte au contraire un regain d’énergie pour le pas suivant, celui que nous devons faire aujourd’hui, vers la vie véritable.

Faiblesse et manque d’énergie du corps physique ne sont souvent que l’expression de la résignation de l’homme, de son refus d’accepter les difficultés qu’il rencontre comme la tâche à accomplir dans sa vie pour les résoudre au lieu de s’acharner et persister à croire que ce sont les circonstances ou encore ses prochains qui devraient changer.

Devenir vieux spirituellement n’est pas une fatalité ! Celui qui prend la résolution de renaître chaque jour en acceptant sa journée telle qu’elle se présente, celuilà ressentira le courant de force de la vie qui se trouve dans cette journée.

Quelqu’un qui traverse la vie terrestre les yeux grands ouverts, sentira son coeur battre plus intensément. La conscience de l’unité s’éveille à travers le sentiment de joie de l’amour intérieur. Il aidera de son mieux les animaux en détresse et les hommes face à leurs soucis et difficultés. Il percevra la nature dans toute sa beauté, s’en réjouira et ressentira là le souffle de l’Esprit créateur, qui insuffle aussi au plus profond de l’être celui qui chemine vers l’unité. Il en découle le respect envers la vie, qui est Dieu, et une joie de vivre, dans le but de servir.

Chez plus d’un homme vieillissant s’éveille le désir de prier. Ici également, il s’agit d’apprendre, apprendre à prier, et non de réciter des prières toutes faites. Prier veut dire devenir, faire que la prière devienne vivante. Celui qui prie ainsi, n’a nul besoin d’église de pierre, mais d’une petite chambre silencieuse, comme disait Jésus, le Christ, afin de se retirer au plus profond de lui-même dans ce qu’il y a de plus saint et qui rayonne dans l’âme.
Prier avec ferveur veut dire devenir silencieux, car d’une prière fervente s’éveillent confiance et don de soi. Le don de soi à la grande source inépuisable de la lumière en nous, à ce qu’il y a de plus saint au plus profond de notre âme, aide celui qui prie véritablement, car la vie devient alors accomplissement. Une vie consciemment orientée vers le but suprême conduit à une vie riche. Alors, les journées grises et sombres du passé disparaissent. Chez celui qui prie, la lumière irradie et devient aussi perceptible, si bien que la pensée suivante mûrit en lui : Je chemine vers une vie plus élevée, vers l’Etre parfait.

Beaucoup de jeunes attendent de la sagesse de la part de leurs aînés, la sagesse liée à l’âge, qui n’exerce aucune pression et ne cherche pas à avoir raison à tout prix. La vraie sagesse c’est être riche d’expériences vécues et ainsi de pouvoir comprendre les réalités de la vie, les événements et la nature humaine en profondeur. La sagesse véritable laisse au prochain la liberté. Elle le rencontre à partir de la loi du libre arbitre, dénuée de tout aspect personnel mais empreinte de patience, d’indulgence et de bienveillance. Elle sait se taire, avec bienveillance, au bon moment. Elle ne porte pas de jugements de valeur et ne condamne pas.

Le lecteur attentif de ce recueil reconnaîtra que ce ne sont pas tant les années qui comptent que l’attitude de l’homme envers la vie.

Deviens, ô homme, et tu ressentiras alors beaucoup, beaucoup de vie !

Le fait de vieillir est pour l’homme une loi de la nature. Cependant lorsque celuici est conscient de la tâche à accomplir dans sa vie, il ne deviendra pas sénile à un âge avancé. Chaque homme en effet vient au monde avec une tâche pour cette vie. Différents aspects de cette tâche viennent vers lui jour après jour. Bienheureux celui qui en tient compte car ainsi, il mûrit !

Celui qui aspire à l’unité et respecte la règle d’or de la vie dans son existence terrestre, ne se dressera contre personne ; il ne tuera pas non plus d’animaux, ne consommera pas leur chair et ne fera pas violence à la Terre-Mère. Des hommes incarnant cette conscience ne seront pas des solitaires mais ils goûteront jusqu’à un âge avancé la douceur de la vie intérieure qui remplira véritablement leurs journées de beaucoup, beaucoup de vie.

Le message de la vérité
Une vie riche,
jusqu'à un âge avancé

Cette brochure et d'autres de la série
Le message de la vérité
peuvent être commandées gratuitement auprès de :

www.la-parole.com ou cliquez sur l'image

 

© 2014 Universelles Leben e.V. • E-mail: info@universelles-leben.orgImpresum